Healer (2015)

FEUILLETON


Séoul. Dans les années 90, 5 camarades journalistes animent une radio clandestine vouée à dénoncer les affaires d'arnaques ou de malversation. Plusieurs accidents s'ensuivent. Deux amis meurent, une troisième est victime d'un accident de la route et perd sa petite fille Ji-an qui est déclarée morte. 23 ans plus tard, les héritiers des 5 journalistes s'unissent pour percer la vérité sur leur histoire. Tout commence par Kim Mun-Ho, un grand reporter, qui cherche à retrouver l'enfant perdue de Myung-hee sa belle-soeur : il embauche le Healer pour prélever de l'ADN sur Chae Young-shin, une jeune journaliste débrouillarde, qui bosse pour un journal qui met en ligne des scoops "people" sur internet ; celle-ci se révélant être la fille de Myung-hee, il demande alors au Healer d'assurer sa protection, car si sa nouvelle identité venait à être révélée, sa vie pourrait être mise en danger : certains ont en effet intérêt à ce que Ji-an ne réapparaisse pas vivante dans ce monde. C'est ainsi que sous la couverture d'un timide et maladroit journaliste nommé Park Bong-soo, le healer, débarque à la rédaction du website, au plus près de celle qu'il doit surveiller et dont il commence à tomber amoureux.

Tandis que je regardais Kill Me Heal Me, je n'arrêtais pas de lire des commentaires sur une autre série tout aussi intéressante : "Healer" et j'ai donc finalement suivi les conseils des autres spectateurs. Je ne le regrette pas car j'avais commencé cette série il y a quelques mois, mais n'avais pas accroché car le premier épisode est assez décevant et déroutant : en gros "on ne comprend rien !".

Je confirme ce que d'autres ont signalé : il faut poursuivre au-delà du premier épisode ! Après, tout s'enchaîne et devient de plus en plus limpide, comme un rubik's cube dont on voit progressivement s'aligner les faces semblables pour former le motif final.

Très bon scénario pour cette histoire de vengeance et de retrouvailles, sur fond de manipulation industrielle pour s'approprier des marchés publics.

Très bons acteurs, même les méchants sont exceptionnels ! Mention particulière à l'actrice Do Ji Won qui joue le rôle poignant de la mère de Chae Young-shin et qui est dans un fauteuil roulant depuis son accident survenu 23 ans plus tôt. J'ai pleuré toutes les larmes de mon corps à chaque scène lorsqu'elle commence à douter de l'innocence de celui qu'elle a accepté d'épouser à la mort de son mari.

Ji Chang-wook et Park Min-young
Et aussi une belle petite romance pas du tout "plan-plan-bisounours" comme dans certains k-drama, mais au contraire une relation normale comme de nos jours, ce qui augmente le plaisir de retrouver ce thriller quotidiennement le temps qu'il faut (1 heure par épisode : il faut compter 2 semaines pour le finir à moins de tomber dans l'excès comme certains qui regardent les épisodes à la suite dans le cadre de dramarathon : c'est ce que font certains jeunes (moi je suis une ajumma) !

- Une série réalisée par Kim Jin Wu et Lee Jeong Seob
- durée : 20 épisodes d'1h
- vu en coréen sous-titré fr
- Les rôles les plus importants sont tenus par :
  • Ji Chang-wook : Seo Jung-hoo (le coursier "healer") ou Park Bong-soo en tant que journaliste
  • Park Min-young : Chae Young-shin (ou Oh Ji-an) sa petite-amie
  • Yoo Ji-tae : Kim Moon-ho, le grand reporter
  • Park Sang-won : Kim Moon-sik, le grand frère de Moon-ho
  • Do Ji-won : Choi Myung-hee, épouse de Moon-sik (mère de Ji-an)
  • Kim Mi-kyung : ajumma l'indicatrice e-policier et hackeuse du healer